You are here: Home / Informations générales / Brûler des outils en papier (HANG MA) dans la culture Vietnamienne.

Brûler des outils en papier (HANG MA) dans la culture Vietnamienne.

Cette coutume est née en Chine et a été diffusée au Vietnam il y a environ plus de 1000 ans.
Avant, les Chinois enterraient les morts sans les cerceuils et ni dans de belles tombes. Jusqu’au XXVè siècles av JC, ils commençaient à mettre des morts dans les cerceuils en bois pour protéger leurs squelettes et pour exprimer le respect vis – à – vis leurs parents.
Petit à petit, jusqu’au XXè siècle av JC, les Chinois enterraient avec les morts des objets en bambou, en bois et en argile qui ressemblaient aux instruments aratoires et aux outils de la vie quotidienne en espérant que dans un autre monde, les morts pouvaient les utiliser. Ces objets étaient accompagnés par des épouventails en bois.  Quelques siècles après, les outils en bois et en bambou étaient remplacés par des vrais. Mais le long du développement  de la culture Chinoise, il y avait des moeurs arriérées et cruelles:  ils enterraient avec des morts des gens vivants. Quand les morts étaient des rois ou des grands mandarins, des esclavages, des concubines ainsi que des objets précieux étaient enterrés avec eux. Après, les épouventails en herbes, en bois, en bambou et en papier  sont inventés pour remplacer des gens vivants. Mais comme ces objets prenaient trop de places dans les tombes, on les a finalement brûlé pour les envoyer aux morts.

Brûler des outils en papier

Les papiers brûlés apportent un message aux morts

Quand le boudhisme était fort en Chine, les moines boudistes disaient que c’était la supertition et il fallait la supprimer. Cette coutume était au seuil de la morte. Le grand commercant de Hang Ma était au chômage. Il a trouvé une bonne solution: mettre un home vivant dans un cerceuil, préparer pleins d’offrandes en papiers, des objets et des épouventails en bois…inviter des maitres rituels chez lui pour présider une grande cérémonie.  2 jours après, celui dans le cerceil se levait, racontait qu’il a rencontré des monstres et des Dieus à l’enfer mais grâce aux Hang Ma qui pouvaient le  remplacer, les Génies le permettaient de ressusciter. Les villageois le croyaient, cette coutune est renée.

Brûler les outils en papiers

Les papiers votifs, les faux argents pour envoyer aux morts

Au Vietnam, les gens pensaient ausi que les épouventails pouvaient offrir leurs vies pour racheter la vie des vivant et que les génies et les monstres acceptaient les Vang Ma. En plus, les Vietnamiens respectent beaucoup leurs ancêtres. Ils pensent que les morts ont  une vie comme des viavants. Alors, ils ont besoin aussi des outils. Bruler des outils en papier expriment leurs rêves: envoyer des offrandes aux génies pour que leurs ancêtres aient du bonheur.

Brûler des outils en papier

Rue de Hang Ma à Hanoi est la plus connue pour l’achat des outils en papier

Pour les vivant, ils brulent aussi des outils en papiers pour demander de la chance, délivrer des risques afin d’avoir la pospérité et la bonne santé.

Brûler des outils en papier

Une vendeuse des outils en papier dans la rue de Hanoi

Tous les premiers jours, le 15è jour de chaque mois lunaire ou à l’anniversaire de la mort de quelqu’un (compté toujours selon le calendrier lunaire), et encore dans les fêtes traditionnelles y compris le Têt Nguyen Dan, on brûle les outils en papier comme une bonne façon de transmettre les voeux aux morts.

Facebook Comments
Aimez - vous cet article? Partagez - le avec vos amis ou laissez - nous votre commentaire dans la boîte ci-dessous! N'oubliez pas de suivre nos autres articles via subscription à RSS!

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Scroll To Top